Actualités

Actualités

Assurer l’avenir financier d’un enfant

L’assurance combinée adulte-enfant de la CCAP permet de créer un capital en faveur de l’enfant, qui lui est garanti et sera versé à l’échéance, quoi qu’il arrive à l’adulte signataire du contrat. (Photo P. Di Lenardo)

Vous souhaitez qu’arrivés à l’âge adulte, vos enfants, petits-enfants ou filleuls puissent financer leurs projets ? C’est peut-être le moment de conclure une assurance combinée adulte-enfant, un produit de la CCAP aux avantages certains.
Dans son catalogue de produits, la Caisse cantonale d’Assurance Populaire propose l’assurance combinée adulte-enfant. Celle-ci permet de créer un capital en faveur de l’enfant, qui lui est garanti et sera versé à l’échéance, quoi qu’il arrive à l’adulte signataire du contrat. De quoi garantir un avenir financer aux projets de l’enfantResponsable du service externe à la CCAP, Gilles Schwab nous explique le fonctionnement de cette assurance encore trop méconnue.

 A quoi sert cette assurance combinée adulte-enfant ?
Il s’agit d’une assurance que l’on conclut pour un mineur et qui lui garantit de recevoir un certain capital à un moment donné. Cela permet ainsi d’assurer les débuts dans la vie active, comme financer un permis de conduire ou des études, par exemple.

Comment cela fonctionne-t-il ?
Un preneur d’assurance adulte choisit un bénéficiaire mineur qui recevra, à un âge bien défini – généralement 18 ou 20 ans- un montant librement déterminé à l’avance. Ce montant final va notamment définir le prix des primes de l’assurance.

Quel est l’avantage par rapport à un simple compte bancaire ?
Si l’adulte qui prend l’assurance vient à disparaitre ou devient définitivement incapable de travailler par suite de maladie ou d’accident avant le terme choisi, le versement de la somme est quand même garanti par notre institution. Ceci, avec en plus un taux d’intérêt garanti plus élevé, fait la différence avec le classique livret d’épargne jeunesse que proposent les banques. Aussi, cette assurance est entièrement personnalisable au travers d’un certain nombre d’options.

Peut-on n’en faire bénéficier que ses propres enfants ?
Tout mineur peut en bénéficier, peu importe s’il y a un lien de parenté ou non. Généralement, cette assurance est prise par des parents, des grands-parents ou des parrains et marraines. Le plus souvent, cette assurance est conclue peu après la naissance.

Doit-on remplir des conditions particulières ?
Non, selon les conditions habituelles pour conclure une assurance-vie.

Existe-il des « garde-fous », pour l’utilisation du capital au moment du versement de la prestation ?
Oui, dans la mesure où, au terme de l’assurance, c’est l’adulte qui l’a conclue qui touche le capital et a la charge de le verser au bénéficiaire. Cela donne une certaine sécurité au preneur d’assurance vis-à-vis des aléas de la vie. Car parfois avec le temps, le lien s’est rompu, l’entente n’est plus pareille, le jeune majeur n’est pas de confiance, etc. Tout cela, on ne peut pas le prévoir au moment de conclure l’assurance. Lors du terme, le preneur pourra donc agir en conséquence. Il n’a qu’un devoir moral envers le bénéficiaire.

Les primes sont-elles déductibles fiscalement ?
Dans le canton de Neuchâtel, hélas non, comme toutes les primes de pilier 3B. Mais le capital versé, lui, n’est pas imposé, pour autant que le preneur l’ait toujours annoncé dans sa déclaration d’impôts.

Comment faire pour conclure une telle assurance ?
Le plus simple de et nous appeler directement à la CCAP. Nos spécialistes pourront déterminer avec vous vos besoins et vous faire, sans engagement, la proposition la plus adaptée.

Notre page spéciale assurance combinée adulte-enfant

Auteur

administrateur

S'inscrire à la newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir, dans votre boîte email, toute l'actualité de la CCAP

Merci de votre inscription!